Politique

Fermeture de la RTVS 1 : bon retour à la dictature

La chaîne de télévision Rtvs 1 appartenant à Adolphe Muzito, farouche opposant au président Congolais Félix-Antoine Tshisekedi a été fermée, il y a peu sur ordre de la présidence de la République, en RDC. La coupure du signal de ce média, l’un des plus importants du pays, est intervenue dans un désordre savamment orchestré à la présidence dans le but de faire taire des voix contraires au régime Kabila-Tshisekedi. Et dire qu’aucun avertissement n’avait jamais été lancé à l’endroit des dirigeants de cette chaîne.

Tout se passe comme si la République Démocratique du Congo n’avait plus des repères et est devenue une République bananière ou des procédures légales régissant certains secteurs de la vie nationale n’ont plus leur raison d’être, puisque non respectées par le garant de la constitution et du bon fonctionnement des institutions de la République.

Sous Kabila, que Tshisekedi opposant traitait de dictateur, les médias subissaient parfois ce traitement, mais tout se passait conformément à la procédure qui doit impérativement être menée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication, CSAC organe constitutionnel pour traiter ce cas. On comprend pourquoi la même présidence de la République bloque le renouvellement du CSAC, les animateurs en place étant arrivé fin mandat depuis 2015. Toutes les structures concernées avaient déjà désigné les nouveaux délégués dont l’installation est bloquée pour des raisons obscures, inavouées, au nom des intérêts partisans et pour s’octroyer plus de pouvoirs. C’est assez curieux qu’une institution d’appui à la démocratie soit en dépassement de mandat de 4 ans alors que l’Etat de droit dont on nous chante à tout coin de rue a pour exigence notamment, le respect de la durée des mandats constitutionnels. Il y a donc lieu de questionner le contenu que l’on donne au concept démocratie et Etat de droit en République Démocratique du Congo.

Le président hors-mandat du CSAC qui a été joint par notre rédaction se dit surpris d’apprendre comme tout le monde que la RTVS1 a été fermée et appelle au respect de la procédure en vue de consolider les acquis de la démocratie.

Qu’à cela ne tienne, dans ce dossier, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi donne plus l’image d’un dictateur que celle d’un démocrate, redresseur des torts et des gabegies politiques longtemps attendu par les Congolais. Au demeurant, nous pouvons affirmer sans crainte avec cet éminent homme des doctrines qui a dit : « le pouvoir tend à corrompre et il corrompt toujours ».

Kitengie K’Wibwe

Tout afficher

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs