Politique

Solange Ngoma prône la promotion de la culture congolaise pour éradiquer les rivalités ethniques

Le monde célèbre chaque 21 mai, la journée mondiale de la diversité culturelle, instaurée par l’Unesco, depuis 2001. Il existe d’ailleurs une déclaration universelle sur la diversité culturelle que d’aucuns ignorent. Dans la perspective de conscientiser ses cadres et militants sur le bien-fondé de la journée mondiale dédiée à la diversité culturelle pour le dialogue et le développement, la présidente nationale du parti politique « Forces du futur », Solange Ngoma Akupendae a présidé une activité de réflexion, tenue le samedi 25 mai, à l’espace Bikapi dans l’enceinte de la FIKIN.


A la foule, présente à cette activité de réflexion, Mme. Solange Ngoma a décrit l’importance de commémorer la date du 21 mai qui passe des fois inaperçue dans la mémoire collective.

« Forces du Futur est un parti politique engagé en RDC et présent depuis 1992. Il était important pour nous de marquer les pas sur la diversité culturelle, le dialogue et le développement. Notre parti tient comme priorité, avant toutes choses, de donner place, pleine et entière à l’individu dans la société. Et cela passe par la diversité culturelle, parce que qui de mieux que les partis politiques pour incarner la diversité culturelle. C’est comme ça que nous avons voulus célébrer cette journée qui semble peu connue en RDC. Et pourtant, notre pays est très riche en diversités culturelles qui méritent d’être pris en compte  en vue de favoriser l’acceptation de l’autre, la pacification, l’absence des préjugés et de mettre un terme aux rivalités ethniques qui nous divisent », a expliqué Mme. Solange Ngoma Akupendae.

Au cours de son speech, elle a promis de lancer pour bientôt la fondation « Arthur Zahidi Ngoma » qui aura pour objectif principal de soutenir la diversité culturelle en RDC sur les plans de l’art, l’artisanat, l’environnement et la protection des villages.

« La fondation Arthur Zahidi Ngoma va soutenir et promouvoir, la diversité culturelle en RDC. Cela passera par différents thèmes, tels que les arts, dans sa complexité, la musique, le spectacle, le théâtre, la danse. Le but est de préserver la transmission culturelle dans différentes générations. Je pense que si l’on n’aide pas les artistes naissants ou ceux qui essaient de perpétuer les traditions, nous allons perdre notre culture. Concernant l’artisanat, il existe des savoir-faires intrinsèques à notre pays qu’on doit préserver et développer tels que la couture, la menuiserie, la vannerie et la cuisine. Quant à l’environnement ou la préservation de la biodiversité, la Fondation va soutenir des associations qui sont déjà activistes sur terrain. Une autre chose intéressante, c’est la conservation des villages. Il y a l’arrière-pays qui est complètement sous-développé. Or, le développement de nos villages doit tenir compte de la préservation de leurs diversités culturelles et cela passe par l’entretien des habitats, des routes mais sans passer par des bétons ciments. Parce que nos ancêtres ont reçu à construire des habitations très viables avec de la terre crûe », a-t-elle renchéri.

Tout afficher

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs