Politique

Après ses formules pour justifier la répression : Basile Olongo la descente aux enfers ?

Le Ministre intérimaire de l’Intérieur, Basile Olongo se retrouve face à un dilemme cornélien, ne sachant plus à quel saint se vouer pour éviter la plus macabre sortie de scène politique qu’un homme au départ populaire ait connu. Après une montée fulgurante en 2010 grâce à son émission Télé qu’il diffusait à la Rltv -de Roger Lumbala, président du RCD/N-, dont il se faisait passé pour le défenseur invétéré de pauvres, ledit à l’époque Ndeko Basile Olongo va bénéficier de la confiance des Kinois pour gagner un siège à l’Assemblée Nationale.

A coup des tours de passe-passe et des solutions à la poudre de perlimpinpin, Ndeko Basile avait vendu aux Kinois l’illusion de tout changer en un coup de baguette magique, d’où son entrée fulgurante en 2011 à l’Assemblée Nationale en pole position, comme meilleur élu de Kinshasa sous la bannière de « SET », Soutien à Etienne Tshisekedi. De l’animation télé à la politique, Basile Olongo a affiché ses limites. L’illusion qui avait fait de lui roi de Kin se dissipe, la population de sa circonscription électorale de la Funa a vu clair. Le député devenu Vice-Ministre d’un Ministère régalien, celui de l’Intérieur grâce à un autre tour de passe-passe, fait lors du dialogue de la cité de l’UA, va passer du Soutien à Etienne Tshisekedi « SET » au Front Commun pour le Congo. Virage à  180°.  

Engagé dans le label FCC, le Vice-Ministre de l’intérieur, Basile Olongo va devenir plus virulent que certains caciques du FCC, pour justifier la répression des manifestations de l’opposition y compris celles de l’UDPS, le Parti de son mentor Etienne Tshisekedi, qu’il défendait corps et âme.

Mieux que quiconque, le Ministre Basile Olongo avait même les meilleures formules pour justifier la mort de Rossy Tshimanga, jeune militant des Mouvements citoyens, tombé sous les balles de la Police pour réclamer l’organisation des élections dans le délai constitutionnel. En 2018, Basile Olongo s’est vu sanctionner par les Kinois lors des élections du 30 décembre.

Vent debout, le vice-Ministre reste droit dans ses bottes, il tente un coup de force à Lodja, dans le Sankuru où les députés de son parti subiront un échec cuisant fasse à la vague Mende qui rafle à lui seul deux sièges. Sans issue de se pérenniser en politique, Basile Olongo se lance à cœur perdu en usant pour les derniers jours qui lui restent au gouvernement, de son poste de Ministre de l’intérieur pour bloquer l’organisation des élections au Sankuru.

Au regard de différents subterfuges du plus populaire des élus kinois en 2011, Basile Olongo, tombé en disgrâce de la population, plusieurs observateurs connaissant les méthodes de l’homme, confirmant son départ de la scène politique par la petite porte, préviennent déjà qu’il tentera de reconquérir les cœurs des Kinois comme « Ndéko Basile » dans un come-back à la télé réalité.

Tout afficher

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs