Culture

Décès de Simaro Lutumba : Félix Tshisekedi, Martin Fayulu, Vital Kamereh... touchés

Après le décès du poète Lutumba Simaro Masiya ce samedi 30 mars à Paris , plusieurs sont les citoyens du monde en particulier les congolais qui pleurent ce vieillard de 81 ans qui reste une icône inoubliable dans l’histoire de la bonne musique Congolaise.

Après le décès du poète Lutumba Simaro Masiya ce samedi 30 mars à Paris , plusieurs sont les citoyens du monde en particulier les congolais qui pleurent ce vieillard de 81 ans qui reste une icône inoubliable dans l’histoire de la bonne musique Congolaise. Guitariste et auteur compositeur, Lutumba Simaro regorge plusieurs chansons à succès et il est un modèle admiré par la majorité des artistes musiciens congolais. Au-délà de pleurs, les Kinois sont le peuple qui ont vu les promesses du vieux Lutumba se réaliser. « Mokolo nako kufa kake ekobeta, entendez : le jour que je mourrai il y aura un grondement de la foudre », peut-on encore réécouter dans la chanson "Mokolo na ko kufa", interpretrée par le seigneur Rochereau Tabu Ley.


Une fois annoncée par son manager, Willy Tafar, la mort de Lutumba Simaro a suscité plusieurs réactions venant des différents secteurs de la RDC. Dans la classe politique congolaise, quelques-unes ont été enregistrées. Sur le réseau social twitter, Félix Tshisekedi, Président  de la république a présenté ses condoléances les plus affectueuses au peuple Congolais en général et à la famille de l’illustre disparu de manière spécifique.  « C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès du poète Simaro Lumumba, cet artiste talentueux. Une perte immense pour le pays et les mélomanes. Je rends hommage à sa créativité exceptionnelle et j’ai une pensée pieuse pour le défunt ainsi que toute sa famille », présidence via son compte Twitter.

Sans toutefois tarder, une autre réaction rapide est celle de l’ex-président de la Rdc, Joseph Kabila qui, à son tour s’exprime en ces termes. « Je rends hommage à un artiste exceptionnellement talentueux qui a su marquer son époque. Mes condoléances à sa famille, à sa ses proches et à toute la république ».


Il ne fallait pas attendre longtemps pour voir Vital Kamereh, directeur de cabinet du Chef de l’Etat, s’inscrit sur ceux qui portent cet éléphant de la musique congolaise dans leurs cœurs. « Lutumba, tu fus indiscutablement une muse. Le ciel de Kinshasa de ce jour  vient d’honorer ta mémoire à travers des grondements de tonnerre. « Mokolo nakufa kake ekobeta ». Tu viens de rejoindre le panthéon des immortels grand Kallé, Rochereau, Franco. Tu vivras à travers tes œuvres », Vital Kamereh sur son compte Twitter.


La mort de ce Baobab reste un événement qui a réussi à faire parler les politiciens congolais un seul langage, peu importe leurs querelles politiques.  Dans un langage très limpide, Martin Fayulu rejoint ses compatriotes congolais et adversaires politiques  sur la liste de vœux. « Très attristé par le décès de celui qui vit et vivra toujours en nous par ses œuvres, poète Lutumba. Je remercie Dieu de nous avoir donné le vieux Simaro, le gardien du temple Odemba qui fait l’unanimité pour sa contribution incommensurable à la promotion de notre culture », déclare le président de l’ECIDE sur son Twitter.


« Me trouvant dans la partie  Nord du N-Kivu, indique Julien Paluku, député national,  j’adresse mes sincères condoléances à la famille du poète Simaro Lutumba. Il est et restera génial par l’inspiration qui l’a caractérisé pendant les 60 ans de s carrière. Le monde, l’Afrique et la RDC ont perdu un génie de notre temps.


Très active sur les réseaux sociaux, la mort de Simaro n’est pas passée inaperçue aux yeux de Francine Muyumba, sénatrice nouvellement élue. « Mes condoléances à la famille  Lutumba Simaro. Un monument de la musique congolaise, compositeur hors-pair. Il nous a fait chanter l’amour sous multiples formes, léguer un répertoire inestimable. Véritable sociologue, il a raconté son temps avec des mélodies », a-t-elle souligné. 

Tout afficher

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs