Politique

Retour à Kinshasa du corps d’Etienne Tshisekedi ce 30 mai : les funérailles de la réconciliation nationale?

Il était considéré en République Démocratique du Congo de manière unanime comme le père de la démocratie, Etienne Tshisekedi wa Mulumba opposant historique et modèle de la lutte non armée pour beaucoup des leaders politiques en Afrique.

Tshisekedi père est décédé à Uccle le 1er février 2017 à l’âge de 84 ans des suites d’une embolie pulmonaire. Le rapatriement de sa dépouille a fait l’objet, avant les élections générales du 30 décembre dernier, d’intenses marchandages entre l’UDPS et la famille d’une part et le camp de l’ex-président Kabila d’autre part.

Pour la petite histoire, lors des élections de 2011 selon certaines sources et observateurs, au nombre desquels l’Union Européenne et l’église catholique, par la bouche du cardinal congolais Laurent Mosengwo, Etienne Tshisekedi était le grand vainqueur de ses élections et avait refusé de reconnaitre les résultats publiés par la Commission Electorale Indépendante de l’époque en prêtant serment comme Président de la République dans sa résidence de Limete à Kinshasa, la capitale congolaise. 

Le sphynx de Limete ou encore le leader maximo comme on l’appelait affectueusement, était parmi les fondateurs en février 1982 du parti d'opposition « Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) », sous le régime du parti unique, à l'époque du dictateur Mobutu Sese Seko (1965-1997) après avoir été un proche collaborateur de ce dernier après l’indépendance le 30 juin 1960. Il a été pendant la période de transition qui a suivi la démocratisation de 1990, Premier Ministre notamment élu à la conférence nationale souveraine pour une courte durée, 7 jours plus exactement soit du 02 au 07 Avril 1997 pour incompatibilité avec le modèle de gestion du dictateur.  

Pour l’heure, Monseigneur Gérard Mulumba oncle du chef de l’Etat et chef de la maison civile de Félix Tshisekedi a ainsi confirmé le retour au pays du sphynx de limete dont la nostalgie n’a pas quitté le peuple congolais. Les préparatifs d’accueil au stade de martyrs sont Presque terminés à l’heure où nous couchons cet article.  Pour plusieurs observateurs de la vie politique congolaise, le retour du corps d’Etienne Tshisekedi considéré comme combattant de la démocratie pourrait cimenter la réconciliation nationale dans un pays divisé depuis les dernières élections. Les frères ennemis pourront-ils saisir la balle au bond pour une réconciliation nationale qui bénéficierait aux congolais après la première alternance pacifique de l’histoire de ce pays grand comme 5 fois la France et 80 fois la Belgique.

Tout afficher

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs