Politique

RDC : La date du 17 mai a-t-elle son sens sous l'ère Tshisekedi ?

Depuis la prise de pouvoir à Kinshasa par l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL), le 17 mai 1997, cette date est marquée dans les annales de l’histoire du pays et est célébrée chaque année comme journée fériée. On compte de nos jours vingt-une fois que cette date est marquée par des célébrations en mémoire des combattants de ce mouvement et de la fin de la dictature Mobutienne. L’une des figures de proue à qui l’on pense chaque 17 mai est Laurent-Désiré Kabila, le porte-parole qui prenait le pouvoir depuis Lubumbashi, ville qui était tombée entre les mains de la rébellion plusieurs mois plus tôt.

Alors que Laurent-Désiré Kabila ne va pas trop durer au pouvoir, assassiné au palais de marbre, le 17 mai 2001, remplacé par son fils, Joseph-Kabila, la date historique de 17 mai va connaître plus d’ampleur en termes de commémorations, pendant les règnes du Raïs. Maintenant que la République Démocratique du Congo vient de connaitre sa première alternance pacifique au pouvoir qui a vu, Félix-Antoine Tshisekedi être proclamé Président de la république par la CENI, plusieurs sensibilités s’interrogent déjà sur la pérennisation de la fameuse date du 17 mai. Est-ce encore important de célébrer la prise du pouvoir de l’AFDL, cela après son extinction et le départ de Joseph Kabila ? S’interrogent quelques esprits critiques.

Pour rappel, C’est dans ce même pays qu’on célébrait chaque 20 mai la création du Mouvement Populaire de la Révolution (MPR) fondé en 1967 par Joseph-Désiré Mobutu, Justin Bomboko, Joseph Untube N’singa Udjuu et Etienne Tshisekedi (le nom qui va soulever les sourcils de bon nombre des gens). Ce parti unique dont tous les congolais étaient membres de droit et ce dès leur naissance, avait maintenu le pouvoir pendant 32 ans en devenant l’instrument exclusif et légitime de la vie politique, économique et social du pays. Aujourd’hui que le régime Mobutu a été déchu de ses droits de bourgeoisie et déposséder du pouvoir, la date du 20 mai a totalement perdu sa quintessence et n’est plus comptée parmi les journées fériées de la RDC.

L’arrivée de Félix Tshisekedi au pouvoir va-t-elle stopper l’ampleur du 17 mai ? Il y aura-t-il encore des célébrations à travers le pays cette année ? C’est ce qu’on va découvrir ensemble, ce 17 mai. Mais si cette date continue à demeurer une journée très fériée, le président Tshisekedi étant ressortissant de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) ne serait-il pas enclin de fériériser la date de création de son parti politique ou le 01 février, le jour de la mort de son père Etienne Tshisekedi ? Questionnement.

A peine 100 jours passés à la tête du pays, Félix Tshisekedi n’a pas encore touché à une date du calendrier congolais, jusque-là, rien ne filtre encore de ses intentions. Tempus narrabo (le temps nous dira).


Tout afficher

Laisser votre commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs